Hier, dans votre sein, ma montre est descendue. — 1838 (5)

François Ponsard in Oeuvres complêtes, III (1876)

La montre

Hier, dans votre sein, ma montre est descendue.
Le pays lui parut sans doute bien orné,
Car, pour voir chaque site, elle a tant cheminé,
Que la pauvre imprudente à la fin s’est perdue.

Elle battait bien fort; vous l’avez entendue,
Mais vous ne saviez pas que j’eusse imaginé
D’y renfermer au fond un coeur emprisonné;
C’était lui qui battait sur votre gorge nue.

Depuis ce temps, il bat d’un mouvement si vif
Dans le cachot doré qui le retient captif,
Que ma montre en une heure achève la semaine.

C’est ainsi qu’à l’en croire, il s’est passé des mois
Depuis que je vous vis pour la dernière fois;
Il s’est passé pourtant une journée à peine.

Q15 – T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *