Des mains de l’Eternel, adorable mélange — 1849 (4)

Charles Dugge Les tableaux plastiques

Eloge de Mme Keller, grand actrice plastique
Sonnet traduit de l’italien du Prince de F. de Carignan

Des mains de l’Eternel, adorable mélange
De suave pudeur, de chaste volupté,
Ainsi dût sortir Eve, en l’Eden enchanté,
Vivant de cette vie ineffable de l’ange !

Tantôt mon œil te voit, – de l’art merveille étrange ! –
Maîtrisant, AMAZONE, un cheval indompté,
Lance en main, et tantôt, plus douce en ta beauté,
Nouvelle DIONEE, en roc ton corps se change !

Comme sous le ciseau du sculpteur allemand,
Tu parais, de Minos ou la fille divine
Ou la Psyché céleste, ou la molle EUPHRASINE !

Et toujours belle et vraie … Ah ! ton art est si grand
Et se surpasse encor, quand, fière en sa victoire
Tu veux représenter l’Italie et sa gloire.

Q15  T30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *