Lorsque, dans son trajet, vers minuit ramenée — 1851 (9)

Charles-Simon-Frédéric Devert Poésies


La dernière heure de l’année, sonnet

Lorsque, dans son trajet, vers minuit ramenée
L’aiguille, sur l’émail achèvera son tour,
Quand sonnera cette heure où finit chaque jour,
Avec son dernier bruit expirera l’année.

Pour toi, fille du temps, par ton père entrainée,
Le terme est arrivé d’un règne, hélas! bien court ! …
Dans l’abîme éternel tu tombes sans retour ;
Une nouvelle sœur succède à son ainée.

Si le passé n’obtient qu’un faible souvenir,
Notre espérance avide accueille l’avenir ;
Trop lent à notre gré chaque soleil se lève …

Et chacun d’eux, témoin de nos vœux insensés,
Les verra, dans son cours, déçus et dispersés,
De même qu’au réveil s’évanouit un rêve ! …

Q15  T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *