Lorsque fier, souriant au monde, à l’avenir, — 1864 (11)

Louis Guibert Rimes franches


Le réveil

Lorsque fier, souriant au monde, à l’avenir,
L’homme pose le pied sur le seuil de la vie,
Tout semble auour de lui chanter et resplendir :
Son âme au grand soleil s’épanouit ravie,
Vaste comme la mer, pure comme le jour,
Et son cœur palpitant chante un hymne d’amour.

Puis, il voit s’effeuiller jour par jour sa jeunesse
Et petit à petit se dissipe l’ivresse.

Mais parfois le réveil est subit ; de la fleur
Arrachés d’un seul coup tombent tous les pétales.
L’homme, savant trop tôt, sent se briser son cœur.

C’est pour cela qu’on voit des jeunes gens tout pâles,
Vers la terre courbant leurs fronts avant le temps,
S’empoisonner d’absinthe et mourir à vingt ans.

Q58  T23  disp 6+2+3+3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *