César sur le pavé de la salle déserte — 1868 (11)

coll sonnets et eaux-fortes

Anatole France

Un sénateur romain

César sur le pavé de la salle déserte
Gît, drapé dans sa toge et dans sa majesté.
Le bronze de Pompée avec sa lèvre verte
A ce cadavre blanc sourit ensanglanté.

L’âme qui vient de fuir par une route ouverte
Sous le fer de Brutus et de la Liberté,
Triste, voltige autour de sa dépouille inerte
Où l’indulgente Mort mit sa pâle beauté.

Et sur le marbre nu des bancs, tout seul au centre,
Des mouvements égaux de son énorme ventre
Rythmant ses ronflements, sort un vieux sénateur.

Le silence l’éveille et, l’oeil trouble, il s’écrie
D’un ton rauque, à travers l’horreur de la curie:
 » Je vote la couronne à César dictateur!  »

Q8 – T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *