Les rythmes d’or et les voix pures — 1868 (20)

Antoine Cros in Catulle Mendés : La maison de la vieille (ed. Jean-Jacques Lefrère …)

A Madame Nina de Callias

Les rythmes d’or et les voix pures
Du claveçin obéissant
Sortent en suaves mesures
Sous vos doigts au charme puissant.

Oh ! l’émoi que chacun ressent ! –
Les éloges se font murmures.
Pareils au bruit, dans les ramures,
Du vent d’automne caressant.

Vous groupez les être qu’on aime
Comme les chants d’un beau poëme.
Vous répandez autour de vous

Une sympathique atmosphère
Où votre jeu savant sait faire
Vibrer l’esprit superbe et doux

Paris, 30 VIIbre 1868

Q10  T15 – octo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *