Sans mépriser à fond quelque reste d’appas, — 1869 (19)

Louis Veuillot Les couleuvres

Sévéra

Sans mépriser à fond quelque reste d’appas,
Elle maintient ses droits au rang de vierge sage :
Pour le monde et pour Dieu, son âme et son  corsage,
Tout est réglé comme au compas.

Elle est aussi fort bien tenue en ses repas ;
Autant que ses discours, austère est son potage.
Pas plus d’amour au cœur que de fard au visage !
On la dit chrétienne. – Non pas !

De tout point elle est rèche, elle est stricte, elle est chiche ;
En fait de poésie, elle aime l’acrostiche ;
En fait d’art, les fleurs en papier.

A peindre un tel objet la couleur s’embarrasse :
Il faudrait des vers froids et nets comme la glace,
Durs et coupants comme l’acier.

Q15 – T15 – 2m (octo: v.4, v.8, v.11, v.14)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *