Vous qui pour Bénazet, ce roi-soleil de Bade — 1869 (34)

Méry in l’artiste

Le sculpteur Ludovic Durand était un des jeunes amis du poète Méry. Un été qu’ils se trouvaient ensemble à Bade, comme Ludovic Durand sculptait le théâtre Bénazet, et que le statuaire demandait au poëte de lui faire son buste, Méry improvisa son consentement dans un sonnet – un sonnet resté inédit – qui est toute une ciselure (Arsène Houssaye)

Vous qui pour Bénazet, ce roi-soleil de Bade
Qui donne tous les ans à l’Europe une aubade,
Seigneur de Rouge-et-Noire au magique métal,
Souverain duc de l’Oos, baron du Lilienthal ;

Vous qui pour Bénazet et son nouveau théâtre
Taillez le stuc, la pierre, et le marbre, et l’albâtre,
Vous voulez me tirer, par un coup de ciseau,
Du néant, moi chétif, du fleuve, moi roseau :

Ah ! l’on ne doit sculpter et garder pour mémoire
Que les dieux, le héros, le génie et la gloire !
Je ne suis pas Homère – et ne suis que Méry.

Mais si vous surprenez mon visage amaigri,
Sculpteur, pétrissez-moi de la plus humble argile ;
Cachez mon buste au pied de mon maître Virgile.

PL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *