Lorsqu’il fallut dîner dans cette auberge atroce, — 1880 (20)

Charles Monselet Poésies complêtes

Marivaux à la barrière

Lorsqu’il fallut dîner dans cette auberge atroce,
Le front de mon ami se rembrunit soudain,
On mit notre couvert dans le fond du jardin
Près d’un jeu de tonneau débloqué. Quelle noce!

Le potage manqua totalement d’attrait:
Un lac d’une blondeur terne. – Rempli d’alarmes,
Mon ami s’écria: « Quel bouillon! Il faudrait,
Pour lui percer les yeux un fameux maître d’armes!

Je ne l’écoutais pas; mon caprice suivait
La fillette au jupon rayé qui nous servait;
Opulente beauté, – seize ans, et du corsage! –

Et j’allais, répétant: « vois donc quels yeux, mon cher!  »
Lui, tout à son idée, et d’un accent amer:
 » Que n’a-t-elle jeté ses yeux dans le potage! »

Q62 – T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *