Là-haut, sur ton rocher, comme un aigle en son aire, — 1880 (27)

Louis Audiat in Le feu follet

Angoulème, sonnet
(devise d’Angoulème : FORTITUDO MEA CIVIUM FIDES)

Là-haut, sur ton rocher, comme un aigle en son aire,
Tu vois passer, passer les hommes et les temps,
Calme, te souvenant de ces longs cris de guerre
Qu’ont jetés à tes murs Visigoths et Normands.

La Charente, ce Nil qui dort plus qu’il ne coule,
En un ruban d’argent par tes près se déroule
Et crée autour de toi le printemps éternel.

Tes fils, actif essaim d’une ruche trop pleine,
Qui sont, sans te quitter, descendus dans la plaine,
Ont l’Or, fruit du commerce, et l’Art, rayon du ciel.

Heureuse la cité qui n’a ni meurtrières,
Ni herse, ni créneaux, ni porte à lourds battants,
Et qui, dans sa fierté, dit de ses habitants :
« Leur fidélité vaut des murailles de pierre ! »

QTTQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *