Quant à toi, Lucifer, astre tombé des cieux, — 1883 (8)

Stanislas de GuaitaLa muse noire

Les paroles d’un maudit, II

Quant à toi, Lucifer, astre tombé des cieux,
Splendeur intelligente aux ténèbres jetée,
Ange qui portes haut ta colère indomptée,
Et gonfle tous les seins de cris séditieux;

Par toi seul, j’ai connu le mépris oublieux
Du Seigneur et de sa puissance détestée.
J’ai ressenti – sceptique et railleur, presque athée –
Les plaisirs inouïs de l’amour radieux!

Tu m’ouvris l’océan des voluptés profondes
Dont nul n’a su tarir les délirantes ondes –
Tu m’appris à goûter le charme de l’Enfer.

On y souffre, il est vrai; l’on y jouit quand même,
Puisqu’on y peut baver sa bile – O Lucifer,
Mon bourreau de demain, je t’honore – je t’aime!

Q15 – T14 – banv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *