L’Aède claironne emmi* l’effervescence — 1886 (5)

Noël LoumoVers de couleur

Poésie

L’Aède claironne emmi* l’effervescence
Des caresses adorables de minuit
Prêt à recueillir la tintinnabulance
Des soupirs égarés dans la mort qui luit.

Il sait le miracle énervé de l’Apôtre,
Le bleu recueillement de l’exquisité,
Le souci deviné, l’Amour qui se vautre
Dans le paillettement de l’absurdité.

Au sommet du tourbillon inaccessible
Il monte méprisant la blancheur du sein
Qui regrettait l’avènement de la cible.

Et, douloir hennissant comme le burin,
Il lance aux échos son vers irrémissible
Asclépiade d’or à la voix d’airain.

Q59 – T20 – 11s *emmi Le mot est presque une signaure des ‘décadents »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *