Sur ma table, parmi d’illisibles grimoires,— 1888 (4)

Louis-Pilate de Brinn’Gaubast Sonnets insolents

XI
Le Papier blanc

Sur ma table, parmi d’illisibles grimoires,
Griffonnés par mes doigts fébriles, et couverts
Les uns d’infâme prose et les autres de vers,
Le divin Papier Blanc fait chatoyer ses moires.

Pourquoi je l’ai tiré du fond de mes armoires?
– C’est que Dieu ne veut plus, tant nous sommes pervers,
Nous permettre, comme aux oiseaux dans les bois verts,
De garder tous nos chants au fond de nos mémoires …

Pourtant, quelque douleur qui saigne à notre flanc,
Nul de nous, ô papier resplendissant et blanc!
N’est digne de noircir ta gloire immaculée:

Les plus victorieux ne sont jamais vainqueurs,
Absolument, du Rythme et de la Rime ailée;
Et le meilleur de nous reste au fond de nos coeurs.

Q15 – T14 – banv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *