Le soleil tendre couve à travers le brouillard — 1893 (23)

Paul Delair La vie chimérique

Aux langes

Le soleil tendre couve à travers le brouillard
La terre que la neige enveloppe de langes
Et la terre vagit avec des pleurs étranges …
L’hiver est un enfant et non pas un vieillard.

Il a souffle petit, grand besoin, plainte amère,
Mais il joue au soleil comme au sein de sa mère,
Têtant le bonne flamme aussitôt qu’elle a lui.

Ses sens dorment encor, mais les sillons augustes
Sentent prémir le germe et s’agiter en lui
‘âme de l’avenir, & l’espoir, pain des justes.

Oh ! passe t main d’or sous le pâle brouillard,
Soleil !, mère & nourrice, & berce dans ses langes,
Le dieu futur des blés et des saintes vendanges …
L’hiver est un enfant et non pas un vieillard.

QTTQ v14=v4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *