Alanguissant d’ombre et d’amour l’orgueil des fastes, — 1896 (13)

Charles Guérin in L’Ermitage

Sonnet

Alanguissant d’ombre et d’amour l’orgueil des fastes,
le jardin fabuleux où règne ton infante
chante dans la lumière et s’étage en terrasses
et surplombe mon parc de songe et de silence.

Avec ses feuilles qui tournoient, plumes errantes,
le val semble un soupir d’automne calme et chaste …
à fleur des sources dont l’azur se ride et tremble
les tourterelles d’or trempent leurs ailes lasses;

parmi le clair chagrin des trembles qui s’égouttent
le groupe harmonieux des amantes écoute
s’affaiblir la rumeur attristante des cors ;

et dans la brume où le poète aux doigts pensifs
de roses qui s’en vont enguirlande les ifs
plane l’impérial épervier de la mort.

Q11  T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *