Après avoir morné tant de robustes piques — 1899 (11)

Laurent Tailhade A travers les grouins

Vieille dame

Après avoir morné tant de robustes piques
– Heureux vaincu de ce combat qui lui fut cher –
Et poussé dans le plus intime de sa chair,
« Les dragons chevelus, les grenadiers épiques »,

Ma tante Jean Lorrain signe le boniment
Coppéen par qui va fleurir la Paix almée:
Sans nul autre désir que prouver à l’Armée
Son amour en détail et collectivement.

Palpitant des viols subis avec ivresse,
Il imbibe les régiments de sa caresse,
Donne aux tringlots des noms de princes fabuleux.

Son coeur est grand ouvert à leurs jeux délétères,
Patriote comme chausson! Les cordons bleus
Et les vieilles catins aiment les militaires.

Q63 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *