Je sais que le plaisir d’amour est éphémère, 1905 (13)

Marius Boisson Sonnets épars

XII – Aux femmes
L’extraction des ovaires est une opération fort à la mode

Je sais que le plaisir d’amour est éphémère,
Et le spasme divin  ne dure qu’un moment…
Ce fragile bonheur fait d’étourdissement,
Ne devrait pas donner la douleur d’être mère.

Pour un baiser menteur, pour un frémissement
Vous ne devriez pas souffrir toute une vie,
Votre beauté devrait n’être pas asservie,
Vous ne devriez pas crier atrocement.

Mais, femmes, avant tout, vous êtes nos femelles
Réceptacles sacrés, vos ventres, vos mammelles,
Autant que pour l’amour sont faits pour nos enfants.

Et pour gravir les doux et terribles calvaires
De vos maternités … ô ventres triomphants,
O femmes, nos amours, conservez vos ovaires.

Q48  T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *