Aux invisibles bords du ru de la Gabelle, — 1901 (11)

José -Maria de Hérédia Oeuvres: reliquat; vers de circonstance

Sonnet libertin

Aux invisibles bords du ru de la Gabelle,
Dont le chemin de fer a détourné le cours,
Avec ma chère, avec ma douce, avec ma belle,
Nous allions, en tenant de suaves discours.

Soudain elle s’élance. Alors moi: – Pourquoi cours
– Tu? Tu vas trop vite; qu’as tu donc Isabelle?
Il faut garder aux champs la démarche des cours!
Je crus qu’elle volait pour cueillir des ombelles.

Tout à coup, ô stupeur! elle va s’accroupir
Au talus gazonné du petit précipice.
Que fais-tu? m’écriai-je. Elle me dit: Je pisse.

Le vent gonflait sa jupe avec un lent soupir
Et je vis, écumant à la rive rebelle
Sourdre une autre Naïade au ru de la Gabelle.

Q11 – T30 – y=x (e=b) – Un Hérédia peu connu, « libertin » par le traitement non classique de l’alexandrin et la disposition des rimes bien éloignée de celle des Trophées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *