Cheveux gaîment taillés et qu’un coup de vent fouette — 1902 (15)

– Jules Jouy in Léon de Bercy : Montmartre et ses chansons

Coquelin cadet

Cheveux gaîment taillés et qu’un coup de vent fouette
Nez en l’air, adorant la nue avec ferveur ;
Œil naïf, effaré, comiquement rêveur,
Qui semble suivre, au ciel, le vol d’une alouette.

Saluez, bons bourgeois ; c’est l’ami Pirouette :
Vif croquis d’un talent de fantasque saveur ;
Eau-forte d’un jet large, osé, dont le graveur
Sur le convenu plat culbute et pirouette.

Qu’il cisèle l’esprit, geigne le Hareng Saur,
Vive sa gaîté franche au juvénile essor !
Hilare comme un Fou, grave comme un problème,

Hanlon ganté de frais, ô clown en habit noir !
J’aime le rire anglais peint sur la face, blême
Comme une lune ovale au faîte d’un manoir.

Q15  T14 – banv –  La loi du rasoir d’Hanlon (William James ?) s’énonce ainsi :« Ne jamais attribuer à la malignité ce que la stupidité suffit à expliquer. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *