O mois tant célébré, décrit, peint et chanté — 1903 (3)

Jacques NormandLes visions sincères

Mai

O mois tant célébré, décrit, peint et chanté
En d’innombrables vers et d’innombrables proses,
Mois des baisers d’amour sur les lèvres mi-closes,
Je hais ton vain renom et ta vulgarité.

En toi tout est rancœur, tout est banalité,
Banals tes doux zéphyrs et banales tes roses,
Et sous ton nom banal, à mes rimes en oses ,
S’accouple la fadeur de mes rimes en .

Aussi, quand on te voit à travers les peintures
Et les refrains poncifs et les littératures,
Plus d’un, pareil à moi, se moque-t-il un peu …

Mais d’un premier rayon dès que tu nous effleures,
Nos regards attendris montent vers le ciel bleu …
Et les vieilles chansons nous semblent les meilleures!

Q15 – T14 – banv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *