Est-il rien de plus doux, rempli de plus de charme, — 1905 (4)

Dathan de Saint-CyrLes animaux

L’oiseau

Est-il rien de plus doux, rempli de plus de charme,
Que l’enfant du ciel bleu, le beau petit oiseau?
Pouvez-vous contempler, sans verser une larme,
Les petits piaillant au fond de leur berceau?

Voyez se balancer, sur le bord du ruisseau,
Construit avec tant d’art, ce nid d’herbe et de mousse,
Qu’agit mollement le vent dans le roseau,
Imprimant à l’arbuste une douce secousse.

Après avoir donné la becquée aux petits
Qu’il laisse plus dispos, endormis en leurs nids,
Il s’envole et s’arrête, en l’air qui le délasse.

Puis reprend vers le ciel son vol audacieux,
Volant agilement au gré du vent qui passe,
Il semble disparaître en l’azur bleu des cieux.

Q35 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *