Son corps a son secret, son vagin son mystère — 1911 (4)

? Anthologie Hospitalière

Imité du sonnet d’Arvers

Son corps a son secret, son vagin son mystère
Mal horrible, éternel, en un moment conçu.
Et, puisqu’il est secret, pourquoi ne pas le taire?
Car ne vaut-il pas mieux qu’il n’en soit rien su.

Ciel! je vous remercie de m’en être aperçu;
Je vous en remercie pour mon ver solitaire,
Car j’aurais pu passer près d’elle sur la terre,
N’ayant rien demandé, pourtant l’ayant reçu.

Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre,
Elle ira son chemin, cruelle et sans entendre
Les soupirs douloureux élevés sur ses pas.

A son noble métier obstinément fidèle,
Elle dira, le mal l’effleurant d’un coup d’aile:
« Quel est donc le salop? » Mais ne trouvera pas.

Q10 – T15 – arv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *