Ton corps n’a plus pour moi ni secret, ni mystère. — 1912 (10)

Laurent Mongin Sonnets travestis, sur les rimes du sonnet d’Arvers

III

Ton corps n’a plus pour moi ni secret, ni mystère.
Tu couronnas l’amour que pour toi j’ai conçu.
Je crains, en te voyant, de ne pouvoir le taire
Cet amour qui ne doit de personne être su.

Alors que je croyais rester inaperçu,
Implorant ton regard, attristé, solitaire,
Ange, tu m’as souri. Je passais sur la terre,
Je ne demandais rien, de toi j’ai tout reçu.

O maîtresse adorée, ô maîtresse si tendre,
L’hymne de nos baisers, ne dois-je plus l’entendre,
Puisque bien loin de toi je porterai mes pas ?

Bouquet de nos aveux sois le gardien fidèle,
Puisses-tu ne jamais te flétrir auprès d’elle
Pour lui dire sans cesse : « Il ne t’oubliera pas »

Q10  T15  arv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *