Lèvres chaudes qu’un pivois mouille, — 1920 (15)

André Salmon Le livre et la bouteille

Gravé sur un manche à balai

Lèvres chaudes qu’un pivois mouille,
Offertes en d’autres saisons
Au baiser de Mylord l’Arsouille!
Mégère d’illustre maison!

J’aime, lorsque la lune oblique
Coule jaune et blanche aux égouts,
Portière au regard de mangouste,
Suivre tes nuits parédéniques.

Et j’aime en le soir hérissé
D’un lourd parfum de synagogue
Entendre, ô poètes blessés,

La fille des Paléologue
Tenir des discours insensés
Au perroquet bleu philologue.

Q59 – T20 – octo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *