Au long du mois de Mai, tous les rameaux d’en haut — 1920 (4)

René Ghil – in Oeuvres Complètes


Sonnet … à Hélène, pour ses quinze ans

Au long du mois de Mai, tous les rameaux d’en haut
sont pleins de voix qui tournent-doux, des tourterelles –
elles, qui doux-rappellent dans l’été, tantôt …
Au long du doré mois de Mai tout tournant d’ailes,

ah! – ah! nous avons pris toute la grappe aux grêles
et longues tiges, des lilas! et le tressaut
et le désordre d’or des grands genêts, et, telles
que de longs gestes de tendresse en l’air nouveau,

toutes les lianes nouantes … Et de toute
l’entrave, épandue en te rïant sur ta route,
nous voulons prendre au piège de Mai tes quinze ans!

Nous te prenons au piège où vont de lutte vaine
les papillons, – pour que te durent plus longtemps
et tes quinze ans rosés et nos Baisers, Hélène! ….
1913

Q11 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *