La danseuse avec art multipliant l’espace — 1921 (3)

Charles Morice Le rideau de pourpre

La Danseuse

La danseuse avec art multipliant l’espace
Tandis que l’Ange au ciel chante d’éternité,
Je me sacre le roi d’un monde illimité
De par une, aile et gaze, unique et double grâce.

C’est mon rêve qu’on joue au Théâtre Enchanté
Du ciel et de la mer, des choses et des races!
C’est mon âme, la voix divine et la beauté
Humaine, c’est mon âme et qui reste et qui passe!

Mais, bien qu’au bout d’un acte à peine, blanc et bleu,
L’héroïne, déjà de l’illusoire lieu
Lasse, dans l’infini, que le pli de ses voiles

Désigne et que son jeu de pas nous révéla,
A hâte d’être ainsi que les autres étoiles,
Hors du temps aboli d’un bond, de l’au-delà.

Q17 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *