Ce torse debout n’ose encore — 1922 (4)

Jean Cocteau Vocabulaire

Sonnet de la baigneuse

Ce torse debout n’ose encore
Etre, nu, ce dont il a l’air,
A savoir le haut d’un Centaure
Dont la croupe serait la mer.

D’une rose où cesse la chair
Que quelque frisure décore,
Commence le pelage vert;
Mais un même sang les colore.

Pauvre fille des demi-dieux,
Combien Vous aimeriez mieux
Pour une baigneuse être prise

Par trop, feignant d’avoir quitté
Notre terre et votre chemise,
Infidèle à l’Antiquité.

Q11 – T14 – octo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *