Au plus heureux lignage on souhaite un surgeon — 1942 (1)

Giraud d’Eccle Sonnets de Shakespeare

I

Au plus heureux lignage on souhaite un surgeon
qui sauve de la mort le Rosier de beauté.
Si la fleur plus ouverte avec le temps se fane,
qu’une tendre héritière assume sa mémoire.

Réduit au seul éclat de tes yeux, tu nourris
` de ton propre aliment le feu de tes regards.
A toi-même ennemi, trop cruel à tes charmes,
la famine s’installe où régnait l’abondance;

et toi, le plus récent ornement de ce monde
et l’unique héraut d’un fastueux printemps,
dans son bourgeon tu vas ensevelir ta joie,
et doux avare, gaspiller en lésinant

Prends le monde en pitié, ne sois pas ce vorace
Qui ravit avec soi, dans la tombe, son bien.

bl – disp: 4+4+4+2  tr  sh 1: « From fairest Creatures we desire increase »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *