A la vitre d’hiver que voile mon haleine — 1945 (5)

Paul Valéry Corona & Coronilla (Ed. De Fallois, 2008)

Sonnet

A la vitre d’hiver que voile mon haleine
Mon front brûlant demande un glacial appui
Et tout mon corps pensif aux paresses de laine
S’abandonne au ciel vide où vivre n’est qu’ennui.

Sous son faible soleil, je vois fondre AUJOURD’HUI
Déjà dans la paleur d’une époque lointaine
Tant je sens que je suis vers ma perte certaine
Le Temps, le sang des jours, qui de mon âme fuit.

Pensez, tout ce qui soit … seul mon silence existe ;
Jusqu’au fond de mon cœur je le veux soutenir,
Et muet, peindre en moi la mort d’un souvenir.

Amour est le secret de cette forme triste,
L’absence habite l’ombre où je n’attends plus rien
Que l’ample effacement des choses par le mien.

Q10  T30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *