Mon Baudelaire aimé verse son Chant d’automne — 1947 (11)

Armand Godoy Sonnets pour l’aube

VII

Mon Baudelaire aimé verse son Chant d’automne
Dans celui qu’aujourd’hui va remplacer l’hiver,
Et je revois soudain la chère mer bretonne
Qui sut prendre mon cœur mieux que nulle autre mer.

A-t-elle reflété ces yeux dont m’abandonne
Parfois le souvenir ? et de quel univers
Seraient-ils revenus, par ce soir monotone,
Me dire s’ils étaient jadis bleus, noirs ou verts ?

Là-bas, l’arbre transi dépose sa couronne,
L’hirondelle est partie, et le gazon frissonne.
D’autres ailes, ailleurs, frôlent le ciel couvert.

Le lierre pâlissant s’accroche à la colonne
D’un vieux temple détruit, et l’Angélus résonne
Tendrement … Etaient-ils, ces yeux, bleus, noirs ou verts ?

Q8  T15  y=x :c=a & d=b

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *