Un châle méchamment qui lèse la frileuse — 1947 (6)

André Breton in Jean Paulhan, Dominique Aury – Poètes d’aujourd’hui

L’an suave

Un châle méchamment qui lèse la frileuse
Epaule nous condamne aux redites. Berger
Tu me deviens l’à peine accessible fileuse.
(A l’ordinaire jeu ce délice étranger)

Qu’aimablement la main dissipe tout léger
Nuage vers ce front où la mèche boucleuse
N’aspire, avec les brins de paille, qu’au danger
De lune! Ai-je omis la nymphe miraculeuse;

Icare aux buissons neigeuse, tu sais, parmi
Les douces flèches (l’an suave quel ami!)
Et, criblé de chansons par Echo, le silence

Que déjà ton souhait de plumes, n’oscillant
Pour se moquer de grèbe en paradis, s’élance
(Ah! quel ami c’est l’an suave!) au toquet blanc?

Q11 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *