Le monstre dans lequel j’ai glissé: minotaure — 1962 (2)

Pierre-Jean JouveMoires

Sur le théâtre

Le monstre dans lequel j’ai glissé: minotaure
De la querelle morne et des bas longs et noirs
Brandis par la danseuse obscène vers le centre
Labyrinthe ou trésor ou meurtre ou nonchaloir;

Monstre confus formé des étreintes bestiales
Enfermé au dédale des cœurs journaliers
Partout tuant baisant comme des saturnales
Le spectacle banal aux riches chandeliers;

Le monstre dont riront dans les fauteuils stupides
Ces messieurs-dames qui ne veulent rien savoir
Des cris des coups des mondes souterrains avides,

Mais s’esclaffent car il s’agit de désespoir;
Tel est ce labyrinthe où des buissons vivants
Ont écorché l’esprit en ruisselets de sang.

shmall

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *