incise 1965

Jacques Bens41 sonnets irrationnels

 » Le sonnet irrationnel

Nous appelons Sonnet irrationnel un poème à forme fixe, de quatorze vers (d’où le substantif sonnet), dont la structure s’appuie sur le nombre pi (d’où l’adjectif irrationnel).
Ce poème, en effet, divisé en cinq strophes successivement et respectivement composées de : 3 – 1 – 4 – 1 – 5 vers, nombres qui sont, dans l’ordre, les cinq premiers chiffres significatifs de pi. (Le suivant est un 9; c’est pourquoi on donne habituellement, comme valeur de pi, 3,1416, qui est la meilleure approximation de 3,14159).
Il est clair que l’on aurait pu prendre un nombre plus élevé de chiffres significatifs. Trois raisons essentielles nous en ont empêché:
a) La strophe suivante eût contenu neuf vers, ce qui eût considérablement déséquilibré le poème, puisque les cinq premières  en contiennent, en moyenne, deux virgule huit;
b) Le nombre total des vers eût été porté à vingt-trois, ce qui est beaucoup pour un sonnet, même irrégulier.
c) Enfin, les cinq premières strophes manifestent une progression, qui ne manque pas d’harmonie et qu’eût rompu l’adjonction des neuf vers d’une sixième (pour ne rien dire des deux, cinq, deux, quatre, etc., vers des suivantes).
Nous avons vite observé que les deux strophes à vers unique (strophe II ou vers 4, et strophe IV ou vers 9) devaient se comporter comme une façon de refrain. Ainsi se tempérait leur singularité. Ainsi, notre sonnet irrationnel retrouvait une grande tradition de la poésie française, presque oubliée avec la ballade, bien disparue, avec le rondeau, le rondel, le triolet, la villanelle.
Cette décision arrêtée devait, naturellement, influencer, sinon déterminer, le choix de la répartition des rimes.
On imagine aisément que cette répartition pouvait s’effectuer de manières fort différentes. Celle que nous avons adoptée, outre qu’elle respecte la présence de notre ‘refrain’, présente deux avantages principaux: alternance des rimes masculines et féminines, et proximité suffisante des rimes semblables.

….

Le poème est bâti sur quatre rimes A,B,C,D. Les rimes A et C sont de même sexe, et de sexe opposé à B et D. Il faut 4A, 3B, 4C (pour cinq vers) et 2D. En voici le schéma:
1. A +
2 A +
3 B –
4 C+
5 B –
6 A +
7 A +
8 B –
9 C + (identique à 4)
10 C +
11 D –
12 C +
13 C +
14 D –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *