O vous qui écoutez à mes rimes éparses — 1983 (2)

André Ughetto et Christine Grill Pétrarque: 42 sonnets…

1

O vous qui écoutez à mes rimes éparses
Le son de ces soupirs dont j’ai nourri mon coeur
En la jeune saison de mon erreur première
Quand en partie j’étais un autre que je suis,

Pour ce style où les pleurs se mêlent aux discours,
Vainement ballotté entre espoir et douleur,
Si l’un de vous conçoit quelle épreuve est l’amour
Puissè-je auprès de lui trouver miséricorde.

Mais maintenant je sais quelle risée je fus
Et pendant si longtemps et au regard de tous
(Le plus souvent même en moi-même je rougis)

Et de mon égarement la honte est le fruit,
Avec le repentir et le savoir certain
Que ce qui semble plaire ici-bas n’est que songe.

bl – tr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *