Je suis comme le riche dont la précieuse clé — 1985 (2)

Frédéric Langer Shakesperare sonnets

52

Je suis comme le riche dont la précieuse clé
conduit au cher trésor bien caché,
trésor qu’il se retient de sans cesse contempler
pour ne pas émousser la fine pointe du plaisir.
C’est pourquoi les fêtes sont solennelles et rares:
lentes à revenir tout au long de l’année,
comme des pierres de valeur elles sont clairsemées,
ou comme les gros diamants dans le collier précieux.
Le Temps qui te cache à ma vue est comme ma cassette,
comme la garde-robe qui tient serré l’habit
pour donner plus d’éclat à l’instant éclatant
où se dévoile l’objet secret de sa fierté.
Béni sois-tu dont les faveurs donnent lieu
si on les a, au triomphe, si on est privé, à l’espoir.

vL – sns – tr  disposition shakespearienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *