C’est la vie qui vous fait mourir, — 1991 (1)

Guy Goffette La vie promise


Le voyageur oublié (sur un vers de Claude Roy)

C’est la vie qui vous fait mourir,
Ecriviez-vous dans ce poème où tout
Demeure à vif: le crépitement des trolleys,
La nuque de l’amante à son miroir

Et jusqu’à la jeune morte sur son lit,
Tellement sage qu’on ne sait plus
Si c’est le temps qui passe ou nous
Qui passons à travers lui, les mains vides,

Comme un train somnambule à travers
La campagne endormie – et le voyageur
Oublié dans le creux de ses bras

Est un lac au soleil de midi, un lac
Que rien ne trouble, pas même le reflet
Du corps penché  qui tremble dans la vitre.

r.exc.  – m.irr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *