Les parfums de l’aurore ont devancé le jour; — 1802 (2)

Abbé Pierre David Première épitre à M. L’abbé Sicard ….

« L’AUTEUR, étant au secret le plus rigoureux, dans la tour du Temple, n’ayant ni plumes, ni encres ni papier, écrivait dans sa tête des sonnets.  » (Il est donc un P.L.A.N.T. (Plagiaire par anticipation) de Jean Cassou et de ses ’33 sonnets composés au secret » (1944)).

2 Premier sonnet, sur le lever du Soleil, pour un prisonnier

Les parfums de l’aurore ont devancé le jour;
Ses perles, ses rubis, se répètent dans l’onde;
La topaze du Ciel se dérobe à sa Cour,
Et ses rayons naissans vont éclairer le monde.

Hélas! j’eusse cent fois célébré son retour,
Depuis qu’on m’a plongé dans cette nuit profonde!
Mais enterré, vivant dans une obscure tour,
Je ne puis observer sa chevelure blonde.

Son disque étincelant, rempli de majesté,
Etale à l’univers un luxe de clarté,
Et va donner la vie à la nature entière.

De quoi sert, au captif, cette vive splendeur?
Avare pour lui seul, ce grand corps de lumière,
Ne lui laisse entrevoir que l’excès du malheur.

Q8 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *