Qui n’admire, à Paris, qu’une auguste puissance, —1810 (1)

Tournetoris L’art Musical relatif à l’accord de piano….

sonnet.  Sur les embellissements de Paris.

Qui n’admire, à Paris, qu’une auguste puissance,
Donne aux vieux monumens la fraîcheur des nouveaux!
La foule d’artisans, qui vit en ces travaux,
Annonce que Minerve en dicta l’ordonnance.

Par un arc de triomphe, emblème de vaillance,
L’artiste, au Carousel, étonne ses rivaus;
Et Mars, pour l’entourer de vingt mille chevaux,
Au second bras du Louvre a fait prendre naissance.

Quel lieu ne se dispose à charmer nos regards!
Des fontaines, des ponts, des quais, des boulevards ….
Croissent comme des fleurs qu’un zéphir dévelope.

Un tel enchantement nous montre le pouvoir
Du héros que les dieux rendirent à l’Europe,
Quand le trouble eut livré la France au désespoir.

Q15 – T14 – banv

Un beau titre, celui de l’ouvrage de ce ‘facteur d’instrumens’ : L’art Musical relatif à l’accord de piano, suivi de deux sonnets, de trois stances, et de l’art de faire la conquête des belles. La forme de son sonnet est régulière (au sens des traités des siècles précédents). (Et c’est même la variante qui a été ensuite préconisée comme modèle absolu par Banville)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *