Sire, /D’un enfant bien chéri long-temps avant de naître, —1811 (1)

de Meulenaer

Sonnet pour féliciter S.M. l’empereur

Sire,
D’un enfant bien chéri long-temps avant de naître,
Le sexe désiré répond à tes souhaits.
Partout la joie éclate, et te donne à connoître
Que ton Fils est déjà l’espoir de tes sujets.

L’Empire sous la loi d’un sage et puissant maître,
Voit son destin fixé! Sa splendeur, à la paix,
Ne pourroit augmenter. Qui voudroit méconnoître
Que le ciel t’aie élu pour remplir ses décrets?

Monarque fortuné, l’univers te contemple!
A toi seul tout sourit! Ton bonheur sans exemple,
Aux peuples étonnés paroît surnaturel.

J’admire tes succès! permets cet humble hommage
Pour toi, pour ta compagne et pour le premier gage
Du plus brillant hymen qu’ait béni l’Eternel.

Q8 – T15

En dépit de la grande banalité du texte et de sa forme, l’oeuvre de de Meulenaer vaut par ce fait curieux que les nécessités de l’adresse à un personnage aussi majestueux que Napoléon l’amènent à une innovation qui aurait pu être reprise et amplifiée: l’introduction, dans le texte du poème, et extérieurement aux quatorze vers, d’un ou plusieurs mots; ici le mot ‘Sire’.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *