Le luxe, l’avarice et l’oisive mollesse, — 1819 (4)

François de La Pommeraye Recueil des poésies de Mr F.D.L.P

A un jeune poète

Le luxe, l’avarice et l’oisive mollesse,
Des vertus sur la terre ont brisé les autels;
L’homme tremble à la voix de l’austère sagesse,
Et n’ose plus prétendre au rang des immortels.

Il a si bien éteint la céleste lumière,
Qui seule, en l’éclairant, peut l’égaler aux dieux,
Qu’il insulte à celui qui de l’humble poussière,
Entreprend de porter son front jusques aux cieux.

Vil esclave de l’or, à la philosophie,
Le peuple va disant: quelle aveugle folie
Te fais tant rechercher un infécond laurier?

Ami, n’en suis pas moins le Sentier de la Gloire;
Celui qui veut atteindre au temple de Mémoire
Dédaigne le vulgaire et le laisse crier.

Q59 – T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *