Dans l’ordre naturel de la création, — 1820 (7)

–  Lazare Carnot Opuscules Poétiques

LA RELIGION

Dans l’ordre naturel de la création,
L’homme est par sa raison au faîte du système:
Mais aux dogmes sacrés de la religion,
Il doit de s’élever au-dessus de lui-même.

Des êtres corporels quittant la région,
Son âme reconnait une essence suprême;
Et sentant qu’elle en est une émanation,
Son immortalité ne peut être un problême.

L’espoir en un Dieu juste est d’un peuple moral
Le trésor le plus pur, le lien social,
La consolation et le frein salutaire.

Mais l’hypocrite en fait un tissu de noirceurs,
Le superstitieux, l’objet de ses terreurs,
Le fanatique, un monstre inique et sanguinaire.

Q8 – T15

Quatre sonnets de Lazare Carnot terminent ce ce premier chapitre. (On remarquera, au vers 10 de 7, un bel hémistiche à deux diérèses). Pour l’écolier, autrefois, Carnot était ‘L’Organisateur de la Victoire’, la victoire des armées de la République sur celles des rois de l’Europe coalisée contre elle. Lisant aujourd’hui la passionnante biographie de Nicole et Jean Dhombres, on découvre le savant des Lumières, le mathématicien admirateur de d’Alembert, l’ingénieur, le penseur des canons, l’officier de l’Ancien Régime, le républicain, le conventionnel, le Montagnard, le survivant de Thermidor, du Consulat, le général de l’Empire, le proscrit de Magdebourg. On imagine sa rencontre avec Hegel, (qui n’a pas, hélas, laissé de traces autres que le fait qu’elle a eu lieu), le dialogue non de deux sourds mais de deux têtes pensantes éclairées de lueurs irréductiblement différentes.

On lit ces lignes écrites peu avant sa mort (1822), à l’annonce de la mort de Napoléon.  » J’ai été affecté plus que beaucoup d’autres peut-être par la grande éclipse dont vous me parlez . On ne voit pas sans émotion tomber un colosse. Mais je vous avoue que généralement en politique, les individus sont peu de choses pour moi. Je ne les considère que sous le rapport du bien et du mal qu’ils font à leur pays; et sans parler de ses désastres militaires, peu d’hommes ont exercé une influence plus funeste que Napoléon sur le sort de leur patrie, malgré les moyens prodigieux, un coup d’oeil perçant, un caractère inflexible, une âme forte et quelquefois magnanime.  »

Dans ses courtes dernières années, Il composa puis rassembla divers poèmes publiés en 1820 sous le titre Opuscules Poétiques du Général Carnot.

L’ouvrage contient 26 sonnets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *