jeune, tu nous offrais la rose près d’éclore — 1823 (1)

F(idèle) Delcroix Poésies

Sonnet du Tasse
Negli anni acerbi tuoi …

Jeune, tu nous offrais la rose près d’éclore
Qui timide, élevant son bouton virginal,
De sa verte prison s’échappe, et n’ose encore
Entr’ouvrir sa corolle au zéphyr matinal.

Ou mieux, tu ressemblais à la vermeille Aurore,
Qui, du jour aux humains donnant l’heureux signal,
Sous un ciel pur, sourit aux monts qu’elle colore,
Et fait briller les prés d’un liquide cristal.

Le Temps à ta beauté n’a fait aucune injure:
Une vierge, empruntant tout l’art de la parure,
A ton seul négligé le cèdera soudain.

Telle est, dans son éclat, la rose épanouie;
Tel encore, à midi, plus ardent qu’au matin,
L’oeil du jour étincelle à la vue éblouie.

Q8 – T14  – tr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *