La mort de mon père est mon plus grand malheur — 1823 (2)

J.B. Gougé Le rossignol ; nouvelles chansons et poésies diverses (ed.1826)

Sonnet-acrostiche, en Bouts Rimés, formant un sens

La mort de mon père est mon plus grand malheur
Grand Dieu ! combien mon âme à cet arrêt suprême
Ose blâmer la Parque en voyant ma douleur
Ulcérer mon sujet de ma tristesse extrême.

Guide encore mes pas au chemin de l’honneur
Ecoute ma prière, accepte un diadème
Au printemps je viendrai t’apporter quelque fleur
Souvent avec amour je prîrai pour toi- même

O toi ! Soleil brûlant, adoré du païen
Ne souffre pas qu‘on souille un sépulcre chrétien
Protège les cyprès qui croissent près sa tombe

Entrailles de la terre, humains, nature, tout
Respectez sa dépouille : il faut que je succombe
En attendant la mort, je te pleure partout

«  gravé sur la tombe de mon Père à Chevilly (Loiret) en 1823 ». Le vers 1 n’ que 11 syllabes.

Q8  T14 acr b.rimé

—————————————————————————————————————————————

Le Trésor poétique dédié à Madame la Duchesse de Berri, contient plusieurs sonnets (du dix-septième siècle surtout)

—————————————————————————————————————————————-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *