Mort, qu’es-tu? réponds-moi. L’âme vile et coupable — 1829 (1)

Nestor de Lamarque in Auguste Amic: Les méridionales

Sur la Mort

Mort, qu’es-tu? réponds-moi. L’âme vile et coupable
Se trouble à ton seul nom, s’alarme à tes assauts;
Tu montres au tyran le bras inexorable,
Qui du monde, à son tour, vient briser les fléaux.

Mais l’homme infortuné, que sans espoir accable
Le poids de la misère et de ses durs travaux,
Sourit au sombre aspect de l’heure inévitable,
Expire, et dans ton sein dépose tous ses maux.

Dans les champs périlleux qu’illustre son audace,
Le guerrier intrépide affronte la menace;
Le sage sait attendre, et te voit sans terreurs …

De nos biens, de nos maux, achève la mesure,
O mort, change à ton gré de forme et de figure,
Fantôme revêtu de nos vaines erreurs.

Q8 – T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *