Silence. Taisez-vous, éternels discoureurs! — 1832 (3)

A. Mathieu dans l’Almanach des Muses

Sonnet.
Belgique, 29 février 1831

Silence. Taisez-vous, éternels discoureurs!
Comment sonder le fond de cet abîme immense?
Si la guerre civile en un état commence,
Qui peut marquer son terme et prévoir ses horreurs?

Mais quand un peuple entier bondit comme en démence
Quand hurlent des combats les cris avant-coureurs
Heureux qui des vertus conservant la semence,
Reste pur, comme avant, des coupables erreurs!

Sans parti jusqu’ici dans ces partis extrêmes,
Toujours, ô mes amis! Cloîtrons-nous en nous-mêmes;
Marchons enveloppés dans un même manteau.

Pour ce duel effrayant que le sort nous apprête,
Qu’importe, si la mort a marqué notre tête,
Que le brave ait un glaive et le lâche un couteau?

Q17 – T15

synérèse de ‘duel’ (v.12)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *