Quand l’étoile d’amour, le plus belle des cieux, — 1833 (9)

Maurice de Guérin

Sonnet
A François du Breil de Marsan

Quand l’étoile d’amour, le plus belle des cieux,
File vers l’occident et se couche dans l’onde
Où nous voyons couler tous les bonheurs du monde,
Laissant à peine après quelque lueur aux yeux ;

L’imagination va faire ses adieux
A cette belle étoile, avant la nuit profonde,
Avant que tout soit noir et que tout se confonde
Dans le cœur devenu comme un puits ténébreux.

Alors elle s’en va, l’habile filandière,
Suspendre ses réseaux et sa gaze légère
A quelque branche frêle où luit un peu de jour,

Et se laissant aller à cette balançoire,
Elle s’y joue en l’air, tant que dans l’âme noire
Surnage encore un brin des lueurs de l’amour.

Q15  T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *