Or qu’abreuvé un jour d’amertume et de fiel, — 1834 (1)

Justin Maurice Pensées du ciel et de la solitude

Sonnet

Or qu’abreuvé un jour d’amertume et de fiel,
Je sentais du malheur la brulante auréole,
Je foulai sous mes pieds le luth qui me console
Et dis, comme un martyr criant contre le ciel:

Muse, adieu! Je te fuis: ton culte est trop frivole.
Le prêtre consacré doit vivre de l’autel.
Toi, tu n’est pas un dieu, mais une vaine idole;
Le souffle de ta flamme est un souffle mortel.

Je vais porter ailleurs mes voeux, mes sacrifices;
Mon coeur va s’attacher à des lieux plus propices.
Avec raison l’on dit que ton culte se perd;

Pour tes plus saints enfants tu n’est qu’une marâtre:
Adieu! Je ne veux plus du sort de Malfilâtre,
Ni les derniers jours de Gilbert.

Q17 – T15 – 2m : (v.14: octo) – Le dernier vers est un octosyllabe, violant la règle (purement empirique) d’unicité métrique. Si la notion de ‘sonnet régulier’ avait un sens constituable, il faudrait l’inclure dans la définition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *