Mon ami, quelquefois avez-vous vu le lierre — 1834 (5)

Charles Ducros Premières pensées

Sonnet à M. Victor Hugo

Mon ami, quelquefois avez-vous vu le lierre
Se cramponner au chêne et vivre en paix dessous ?
Avez-vous vu l’agneau suivre joyeux sa mère ?
C’est ainsi, mon ami, que je suis près de vous.

Et pour me regarder, vous voilez la lumière
Qui jaillit de votre œil, et votre œil devient doux
Comme un faible rayon qui dort dans la clairière ;
Ce regard, s’il brillait, nous consumerait tous.

Oh ! que vous êtes bon ! et quelle douce vie,
Que vivre auprès de vous ! contente est mon envie
Quand je suis avec vous, causant, vous regardant

Vous dont la voix sublime ébranle au loin la terre,
Vous dont les jours sont purs comme un lac solitaire,
Vous dont le cœur est tendre, et le génie ardent.

Q8  T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *