Adieu le beau Paris que toujours on regrette! – — 1836 (1)

Alfred Rousseau Un an de poésie

Adieu le beau Paris que toujours on regrette!
Paris, brillant soleil d’un monde harmonieux!
Paris, ville à la fois noble dame, et grisette,
Dont le souffle enivrant a le parfum des cieux!

Voici venir l’hiver: la campagne est muette;
Amis, partez sans moi, recevez mes adieux,
Car déjà la colline a dérobé sa crête
Sous un voile de neige éblouissant aux yeux!

Mais songez quelquefois aux rives de la Creuse,
Lorsque viendra le soir, l’heure mystérieuse
Où l’on demande au ciel un sublime entretien:

Priez pour vos amis, priez pour votre mère,
Et si le désespoir mouille votre paupière,
Que notre souvenir soit votre ange gardien!

Q8 – T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *