Adieu! tout s’est enfui, le bal et la lumière, — 1836 (2)

Alfred Rousseau Un an de poésie

Caprice, I

Adieu! tout s’est enfui, le bal et la lumière,
Concerts et rêves d’or, prestige d’un moment!
O mon dieu, je suis seul, exauce ma prière,
Qu’un rêve me le montre encor en m’endormant!

De mes larmes en vain j’inonde ma paupière,
Ma vie est de souffrir, nul espoir ne m’attend:
Que suis-je pour l’aimer? mon âme toute entière
Ne vaut pas un regard qu’elle donne en riant?

Je suis jaloux de tous, car tous la trouvent belle:
Je n’avais de bonheur qu’à m’asseoir auprès d’elle,
Mais souvent sa parole est amère pour moi:

Femme, pourquoi presser ma couronne d’épine,
Porte ta douce main sur mon front qui s’incline,
Pour moi, le bal c’est toi!

Q8 – T15 – 2m (v.14: 6s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *